Comment la PNL peut nous aider à changer

Richard Bandler définit la PNL de la façon suivante : « une éducation du cerveau, une sorte de mode d’emploi. »
Selon lui, la PNL doit nous permettre de mieux comprendre le fonctionnement de notre cerveau. De poser des bases claires et concrètes pour mieux s’en servir.

Dans cet article, nous allons donc aller au cœur du processus de changement. Nous allons découvrir comment nos habitudes se structurent .Pour cela, nous aborderons la notion de Programmation qui renvoie à la première lettre de l’acronyme PNL. Ensuite, nous aborderons ce qui peut nous engager dans une dynamique de changement ou à l’inverse nous freiner.

C’est avant tout notre environnement qui nous programme…

J’ai mis un certain temps à comprendre les expressions « reprogrammer son cerveau » « cultiver son monde intérieur ». Ces termes ne m’étaient pas familiers, personne dans mon entourage n’est sensible à ce genre de choses.
Ce qui va me conduire à une première prise de conscience : je suis le produit de mon environnement. Ma vie est le résultat de pensées, d’habitudes qui trouvent leur origine dans mon terreau familial. Un terreau dont je suis fier, mais qui me freine parfois dans l’atteinte de certains objectifs.
J’aime beaucoup l’image de la graine qui pousse dans une terre fertile ou stérile. Au final le résultat peut être très différent. Je pense que la vie est un peu semblable à cela.
Je suis loin de savoir que cette prise de conscience constitue une opportunité formidable pour moi…

La programmation : Quésaco ?

Le terme de programmation fait référence aux théories de l’apprentissage.
Plus particulièrement à la façon dont nous percevons les choses autour de nous au travers de nos 5 sens : la vue, l’ouie, l’odorat, le toucher et le goût.
Mais c’est aussi la façon dont nous nous représentons chaque expérience que nous vivons.
Prenons l’exemple de la compétition sportive : certains la vivent comme une épreuve difficile alors que d’autres y voit l’opportunité de s’exprimer, de grandir, de se révéler.
Ce qui explique qu’une même situation puisse être vécue différemment.
C’est un peu comme si nous observions le même paysage avec des paires de lunettes différentes.

Nos programmes se renforcent et s’affinent par la répétition… d’autres naissent à la suite d’expériences traumatisantes !

Beaucoup de nos comportements deviennent, par la répétition, des réponses automatiques en réaction à notre environnement.

Il est possible de distinguer différents types de programmes chez une même personne :

  • Les programmes moteurs ou comportementaux : se lever, boire, courir…
  • Les programmes mentaux : il s’agit de l’ensemble des rapports que l’on entretient avec nous-même et les autres.
  • Les programmes émotionnels : avoir peur face à une situation perçue comme dangereuse.

D’autres se construisent à la suite d’expérience(s) traumatisante(s).

A ce sujet, je garde en mémoire l’exemple de mon frère, qui avait de belles aptitudes pour réussir en judo. Il aime cette discipline, il est plutôt habile et efficace. Bref il est motivé et se projette dans cette activité. Un beau jour, comme cela se produit souvent, il se blesse au genou, il perd son combat. Dans le même temps, « il voit mon père désemparé sur le côté du tapis, il entend certains de ses propos plutôt pessimistes, il ressent une douleur atroce au genou ». Son investissement ne sera plus jamais le même, il stoppera l’activité deux saisons plus tard.
J’ai souhaité mettre entre guillemets la scène tel que mon frère l’a vécu. Car c’est ce à quoi s’intéresse la PNL : La structure de l’expérience.
En clair la façon dont mon frère a vécu cette situation : un traumatisme, une chose à laquelle il ne s’était pas préparé. Depuis, il n’a plus jamais remis un judogi (kimono) et il porte un regard très négatif sur ce sport… Un nouveau programme s’est installé en lui…

Nous venons de voir comment notre environnement nous programme dans la vie. Nous avons également observé que certains programmes peuvent naître à la suite d’expériences traumatisantes.
Nous allons voir maintenant, comment changer certains aspects de notre vie. Ce faisant nous évoquerons les éléments qui peuvent être des freins au changement.

Derrière le processus de changement se trouve, une intention, un désir profond.

Quand tout se déroule bien dans nos vies, il n’y a aucune raison de vouloir changer. Mais il nous arrive parfois de faire face à des difficultés auxquelles nous ne nous sommes pas préparées. Ces difficultés peuvent être de différentes natures : difficulté à communiquer avec certaines personnes, à perdre du poids, à apprendre les langues étrangères…
Certaines d’entre elles provoquent de la douleur, parfois de la colère (qui est de mon point de vue la source d’énergie la plus importante pour changer).
C’est ici que la PNL nous aide à changer. Ses outils aident à poser les choses pour mieux les comprendre.
Parmi ses outils se trouve la ligne de vie : ce procédé m’a permis de découvrir que de nombreuses habitudes trouvent leur source dans notre petite enfance. Parfois à un âge où nous sommes dépendant des adultes qui nous entourent. C’est ainsi que se construisent notre façon de considérer les autres, notre rapport à l’argent… Des habitudes qui se sont installées sans que nous les choisissions. Mais simplement parce qu’elles étaient la référence à cette période de notre vie.
Nos habitudes sont donc déterminées par les informations qui circulent dans notre environnement proche sans que nous en ayons conscience.

Prenons l’exemple du rapport à l’argent :
Mes parents ne m’ont pas appris à gérer mon argent. Toutefois en observant leurs habitudes, et sans vraiment m’en rendre compte j’ai accepté leur modèle. Un modèle plutôt orienté sur la valeur sécurité : « L‘argent est difficile à gagner, donc il ne faut pas le gaspiller… ». Voilà le cadre dans lequel j’ai grandi.
Résultat, il a été très difficile d’accepter d’investir sur moi dans des formations payantes.
Jusqu’à cette période de ma vie, je n’avais jamais eu à porter mon attention sur mon rapport à l’argent.
La PNL m’a permis de redéfinir avec précision mes importants : me former, découvrir de nouvelles choses. Mais surtout d’identifier ces petites choses qui nous empêchent d’avancer. De mettre le doigt sur des comportements automatiques sur lesquels nous avons temporairement perdu du pouvoir.
Croyez-moi aujourd’hui je suis fier d’avoir franchi le pas. M’être formé aux outils de la PNL, avoir fait des rencontres extraordinaires. Tout simplement faire ce à quoi j’aspire le plus.
A ce jour, je ne pense pas que nous ayons tous besoin de nous former aux outils de la PNL ou autres techniques de développement personnel. Certains ont bénéficié d’un terreau fertile et stimulant. J’ai jugé que le mien ne l’était pas suffisamment.
Voilà pourquoi j’essaie modestement de rendre à la PNL ce qu’elle m’a appris sur moi. Ce blog c’est aussi une façon de remercier ses fondateurs.

Voici quelques réflexions que je souhaite partager pour finir :

La PNL ne survient pas par hasard dans nos vies.
Les personnes qui liront cet article ne le feront pas par hasard non plus.
La PNL intéresse les personnes qui aspirent à évoluer, à mettre en place des changements dans leur vie.
La PNL est un formidable compagnon en cette période de confinement.

Pour ceux qui le souhaitent, j’aborderai les dimensions Neuro et linguistique dans d’autres articles afin d’éviter la surcharge d’informations.