3 étapes pour booster votre système de croyances

Vous arrive t-il de penser qu’une chose n’est pas faite pour vous ? Qu’elle se trouve hors de votre portée ?
Vous arrive t-il de penser  que vous n’arriverez jamais à perdre de poids, à avoir une vie de couple épanouissante, ou à obtenir une sélection pour un grand championnat … ?  Malgré toute votre volonté et vos efforts vous n’êtes jamais parvenu à atteindre cet objectif. Donc vous finissez par accepter cette réalité. Elle  devient votre standard de vie.

Rassurez-vous ce processus est tout à fait normal. Il a  fait l’objet de nombreux travaux. Martin Seligman, chercheur à l’université de Pennsylvanie parle de « résignation acquise ». Il observe que lorsqu’une personne échoue plusieurs fois dans un domaine, elle juge ses efforts vains et exprime son découragement sous la forme d’une résignation acquise au regard de ses expériences. Il conclut de cette façon : « En agissant de la sorte, on distille un dangereux poison dans l’organisme ».

Dans le même temps, n’ y a–t-il pas autour de vous des personnes  à qui tout semble réussir : une vie de famille épanouissante, un travail intéressant et bien rémunéré, un cercle d’amis à l’écoute…
La PNL nous fournit des éléments pour mieux comprendre ces différences. Bandler et Grinder nous expliquent que « notre système de croyances » a une incidence considérable sur la qualité de notre vie.

Dans cet article je vous propose de découvrir votre système de croyances.  Nous verrons que vos croyances peuvent être comparées à des « fichiers informatiques » que vous sélectionnez pour faire face aux diverses situations de la vie. Parfois elles vous aident à avancer, dans d’autres cas elles vous limitent.

Voilà tout l’enjeu de cet article : vous permettre de décrypter votre système de croyances et vous donner des clés pour qu‘elles puissent vous permettre d’exprimer pleinement votre potentiel.
Pour aller dans ce sens, nous définirons 3 catégories de croyances que sont les opinions, les croyances et les convictions. Chemin faisant, nous observerons les éléments qui influent sur  elles.
Ensuite, je vous présenterai une méthode en 3 étapes qui vous permettra d’identifier votre système de croyances et de l’ajuster aux objectifs que vous souhaitez atteindre dans votre vie.

Le fil conducteur de cet article sera le suivant : C’est en agissant en profondeur sur vos croyances que vous pouvez rétablir le cours des choses dans votre vie.

« L’homme est ce qu’il croit »
Anton Tchekhov

On peut définir la croyance comme une affirmation personnelle à l’égard de nous –même, des autres ou du monde. Par exemple, « Je crois que je peux courir le marathon en moins de 3h30 ».
La plupart de nos croyances sont des généralisations sur le passé. Elles sont fondées sur nos interprétations d’expériences douloureuses ou agréables.
A titre d’exemple, lorsque j’étais jeune, mon père me demandait souvent de retirer les mauvaises herbes dans le jardin à la suite d’un mauvais comportement. Je me souviens, à l’époque je « ruminais ». Surtout quand je voyais les copains s’amuser.

Résultat, aujourd’hui je considère que le jardinage est une activité ingrate.

Les apports de la PNL : Dès que nous adoptons une croyance, nous oublions qu’elle n’est qu’une interprétation personnelle d’une situation. Des années plus tard, une croyance peut être considérée comme une parole d’Evangile. Ce qui est le cas dans mon exemple, puisque 30 ans plus tard j’ai toujours un ressenti négatif à l’égard du jardinage.
Pour reprendre les mots d’Anthony Robbins auteur du livre Pouvoir illimité, « nous ne sommes pas des êtres de hasard, toutes nos actions découlent de nos croyances ».

Derrière chaque comportement se trouve une croyance conscientisée ou non. Et cette croyance vise à nous apporter du plaisir et/ou  à éviter la douleur. Réfléchissez à certains de vos comportements et vous constaterez que la logique est implacable. Le fonctionnement humain correspond à une certaine logique.

Le modèle de croyances d’Anthony Robbins

La définition que propose Anthony Robbins est originale car elle « image » le concept de croyance.
Pour transformer une idée en croyance, il nous explique qu’il est possible d’imaginer une table qui repose sur 4 pieds qu’il nomme « références ».

Dans l’exemple que je propose la croyance qui est la mienne est : « je suis pédagogue »
C’est une croyance que j’ai depuis de nombreuses années et qui repose sur un ensemble de références : l’avis de  certains collègues, mes lectures, l’auto suggestion que je pratique quotidiennement et mon goût prononcé pour expliquer aux autres.
Nous le voyons, une croyance est avant tout un processus que nous alimentons au quotidien au gré de nos expériences et des connaissances que nous accumulons.

« La croyance est une table cognitive »

Cette définition étant faite, A. Robbins décline trois catégories de croyances que je vous propose de découvrir : les opinions, les croyances et les convictions.

Les opinions :

Le premier  type de croyance(s) concerne les opinions. Ce sont « les impressions » que nous avons à l’égard des personnes, des choses ou des évènements. La particularité de l’opinion est qu’elle change très vite. En effet si l’on se reporte à la table cognitive proposée par notre auteur, dans le cadre de l’opinion les pieds de la table sont fragiles. Nous n’avons pas encore de références suffisantes pour asseoir solidement ce type de croyance.

Prenons l’exemple de la perte de poids. Vous est-il déjà arrivé d’entreprendre un régime en mettant en place un plan d’action pour atteindre cet objectif. Puis de l’abandonner progressivement, tout en prenant soin de trouver des raisons qui justifient ce changement soudain. C’est ce qui arrive lorsque l’on a « une opinion » sur notre capacité à réaliser un projet. Dès les premières difficultés, on modifie le plan pour ne pas faire face au cœur du problème.
L’absence de référence solide est à même d’expliquer ce changement d’orientation. Des références solides comme un environnement qui vous soutient, des connaissances sur les obstacles à éviter pendant un régime, des expériences antérieures réussies voir une construction anticipée du résultat. Tout autant de données qui peuvent vous permettre d’avancer.
A titre personnel, la découverte du processus de construction des croyances et leur impact sur le passage à l’action ont été très structurants pour moi.

Les croyances :

La croyance à la différence de l’opinion s’appuie sur un certain nombre de références extérieures. Ces références renforcent la certitude de pouvoir atteindre l’objectif que l’on s’est fixé.
Dans notre exemple sur le régime, les références peuvent être le soutien des proches, des lectures de personnes ayant réussi dans ce domaine. Voir des tentatives réussies lorsque vous étiez plus jeune « pour passer un été serein sur la plage ».
Oui mais ça c’était avant… ça ne compte plus… Dîtes vous une chose, toutes les personnes qui réussissent dans un domaine particulier s’appuient sur leurs réussites antérieures pour consolider leur système de croyances et en conséquence leur potentiel à renouveler l’expérience.
En l’absence de référence, il  vous appartient de les façonner si vous souhaitez observer des changements dans votre vie.

Les convictions :

La conviction se manifeste dans les situations où vous êtes dans un puissant état de certitude.
Les références de votre table cognitive sont extrêmement solides. Si l’on reprend l’exemple du régime, il se peut que vous appliquiez la même méthode qui a fonctionné à de nombreuses reprises pour vous et votre meilleure amie. Peut–être que votre sportif préféré suit le même programme… Ce qui explique que votre degré de certitude soit très élevé. A tel point que lorsque l’on pointe une caractéristique négative : « avec ce régime tu vas avoir une carence en fer, c’est prouvé » vous vous emportez.
Dans le cadre de la conviction, l’intensité émotionnelle est très élevée.

Nous venons de décrire les principes qui régissent  notre système de croyances. Nous avons vu qu’elles varient en intensité et qu’elles reposent sur des références plus ou moins solides. Nous allons maintenant aborder une méthode en 3 étapes qui va vous permettre d’identifier votre système de croyances et  l’ajuster aux projets qui font sens pour vous.
Si vous lisez cet article c’est sans doute que vous souhaitez opérer du changement dans votre vie. Dans ce cas, je vous invite à prendre une feuille et un stylo car la méthode que je vous propose nécessite de passer à l’action. Vous pouvez vous contenter de lire cet article, mais sachez que pour changer il faut poser des actions. Et c’est ce que je vous propose au travers de cette méthode.

1ère étape : Diagnostiquer vos croyances limitantes

Voici un protocole simple lorsque vous faites face à une difficulté. Il peut s’agir d’améliorer vos performances  sur 10 kilomètres en course à pieds. Vos chronos stagnent malgré vos nombreux efforts. Vous souhaitez inverser la tendance. Rappelons que ce projet doit avoir un sens pour vous. Il doit s’inscrire dans le cadre d’un objectif clair et précis. Cela peut être faire un 10 km avec des amis à une échéance donnée.

Voici un questionnement type pour faire le point sur vos croyances :

  1. Pourquoi est-ce important d’améliorer ma performance sur 10 kilomètres ?
  2. Qu’est ce qui freine ma progression actuellement ?
  3. Comment est-ce que j’explique les difficultés que je rencontre actuellement à l’entrainement ?
  4. Qu’est ce que je crains si j’améliore mes performances? Quelles seront les contre parties éventuelles ? dans ma vie professionnelle, personnelle, sportive (si vous pratiquez d’autres sports).
  5. Est-ce que mes difficultés actuelles à l’entrainement sont susceptibles de montrer ou expliquer autre chose dans ma vie ?

Prenez votre stylo et répondez à ces questions de manière spontanée. Ne prenez pas un temps de réflexion trop important. Le travail d’écriture a ceci d’intéressant, il permet de mettre en mots des éléments qui nous boostent ou qui nous limitent sans raison particulière.

L’apport de la PNL :

A. Robbins  souligne que « nous ne sommes pas des êtres de hasard, toutes nos actions découlent de nos croyances ».
En PNL, il est d’usage de questionner les comportements qui posent problème. En effet en questionnant nos comportements, on débouche sur les croyances qui les sous- tendent.
Dans cet exemple qui concerne l’entrainement sportif, il est intéressant d’interroger vos comportements lorsque les solutions techniques ne suffisent plus. En suivant ce questionnaire type, vous accéderez instantanément aux croyances qui sous-tendent vos comportements.
Bien évidemment ce questionnaire s ‘applique à tous les domaines de la vie :  professionnel, relation de couple,  relation parents/enfants…

Ce qu’il faut retenir :

 Les outils de la PNL vous invite à reprendre du pouvoir  dans chacune des situations que vous vivez. Clarifier vos importants puis identifier les éléments qui  vous freinent parfois dans vos projets. Voilà l’utilité de cette première étape. C’est pour cela que diagnostiquer votre système de croyances peut être une aide précieuse pour améliorer la qualité de votre vie.

2ème étape : Boostez vos croyances aidantes

A. Robbins assimile la notion de croyance à « un puissant état émotionnel de certitude ». Lequel  vous pousse à agir dans le sens de vos objectifs.
Reprenons notre exemple de course à pieds. A l’issue de votre questionnement, plusieurs croyances limitantes peuvent expliquer votre incapacité à améliorer votre chrono.
Cela peut être votre travail qui vous prend beaucoup d’énergie, le temps que vous consacrez à vos enfants, le manque de temps pour placer des séances de qualité, le poids des années qui se fait sentir… Nous le voyons derrière une difficulté peuvent « se cacher » des croyances très différentes.
Quoiqu’il en soit, cette deuxième étape vise à isoler vos croyances. Ensuite il s’agit de  booster celle ou celles qui peuvent être un levier pour changer dans le sens que vous souhaitez.

Voici le protocole pour booster une croyance que vous limite.

Croyance limitante : « C’est impossible d’être performant à 45 ans »
Croyance aidante : « Je peux être performant à 45 ans »

L’objectif principal de cette étape est de placer du doute dans la  croyance limitante afin de façonner une croyance aidante.

Pour ce faire nous allons construire 4 références  (dans les faits vous pouvez en mettre plus):

L’environnement : La référence peut être les propos de votre enfant : « Papa  tu es fort. » Connecté à cette référence, il y a fort à penser que vous éprouviez une émotion particulièrement forte.

Les connaissances : La somme des connaissances dont vous disposez sont également à même  d’influer sur vos croyances. Savoir que Zidane qui est votre sportif préféré est encore performant à 48 ans est de nature à faire évoluer votre croyance. Vous avez l’exemple d’une personne qui compte beaucoup pour vous (facteur émotionnel) et qui vous montre qu’il est possible de performer à 48 ans.

Les expériences : Chacune des expériences que vous vivez doit vous permettre de booster vos croyances aidantes. Dans notre exemple, il faut appuyer l’expérience selon laquelle vous demeurez efficace dans les séances de vitesse ( VMA courte pour les puristes). En conséquence la partie n’est pas finie… Vous pouvez vous affirmez dans d’autres aspects de la course.

Les résultats antérieurs : Nous vivons tous des expériences marquantes aux différents âges de la vie. Elles doivent également nous servir de référence pour faire face à de nouveaux défis. Vous avez pu vivre la même difficulté plus jeune et vous vous en êtes sorti ! Donc appuyez vous sur cette référence !

Les apports de la PNL :
Après la phase de questionnement qui vise à identifier votre système de croyances, succède la phase de modification des références.
Dans notre exemple, la croyance est « c’est impossible d’être performant à 45 ans »., Il faut donc trouver des contre exemples. C’est à dire des informations qui placent du doute dans vos références de départ.
Idéalement dans le cadre de références nouvelles, il faut en choisir qui aient un impact émotionnel positif sur vous. Les paroles de votre enfant ou encore l’exemple de Zidane pour quelqu’un qui aime ce joueur sont tout à fait adaptées.

Ce qu’il faut retenir :
Lorsque vous identifier une croyance limitante, identifiez-en une nouvelle qui puisse « neutraliser » ses effets. C’est à dire une croyance aidante. Pour cela, bâtissez-vous des références qui s’appuient sur votre environnement réel ou imaginaire, vos connaissances, vos expériences ou des résultats antérieurs. En agissant de la sorte vous observerez des changements dans votre vie.

3ème étape : Révisez vos gammes

L’idée de persévérer pour obtenir un résultat est une chose qui me porte énormément.
C’est sans doute une des raisons qui explique ma passion pour la PNL.
Cette logique s’applique parfaitement lorsque l’on traite des croyances. Se construire de bonnes références est une condition indispensable pour parfaire des croyances  nouvelles et aidantes.
Mais cela ne saurait suffire.  Le facteur clé pour qu’il y ait apprentissage c’est la répétition.
Voilà pourquoi, je vous propose :

  • De noter dès maintenant sur un carnet vos nouvelles références. Celles qui vont vous permettre d’affiner vos nouvelles croyances.
  • Lire chaque matin au réveil ses nouvelles références.
  • Faire la même chose le soir avant de vous endormir.

L’apport de la PNL et des neurosciences :
Vos comportements actuels se manifestent sous la forme de programmes automatiques. En fait c’est parce qu’ils sont intégrés à l’intérieur de votre système nerveux. De sorte que lorsque vous êtes dans vos activités journalières, ils agissent comme des programmes automatisés et inconscients. En clair, il vous est très difficile d’agir sur eux. Mais…  S’il est difficile d’agir directement sur nos comportements, nous pouvons interférer sur notre système de croyances. Plus particulièrement à des moments clés de la journée que sont le matin au réveil et le soir juste avant de vous endormir.
A ces moments, la disponibilité de votre cerveau est plus grande. Vous n’êtes plus sujet au stress induit par les activités qui  rythment  votre vie. Pour ceux qui voudront pousser la réflexion plus en profondeur ou vérifier le caractéristique scientifique de ces données, je vous invite à faire des recherches sur les ondes cérébrales : alpha bêta thêta gama delta.
A titre personnel, cet apport de connaissance m’a permis de mettre en place un grand nombre de rituels dans ma vie. Et je dois dire que j’ai hâte de vous en parler dans un prochain article.

Voilà, nous arrivons au terme de cet article sur le système de croyances. Je ne vous cache pas qu’il s’agit d’une notion centrale en PNL. J’espère que la lecture de cet article vous encourage à aller plus loin sur cette thématique fascinante.
Pour finir, je tiens à préciser que cet article se veut la synthèse des ouvrages d’A. Robbins qui de mon point de vue est le numéro 1 dans ce domaine spécifique. Mais également des cours que j’ai pu aborder dans mon cursus en PNL. En conséquence Je n’ai rien inventé !
Prenez ce que vous jugerez bon de prendre. Et surtout n’oubliez pas que c’est en passant à l’action que vous mettrez du changement dans votre vie. A vos stylos et à très vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *